Comment répondre aux menaces que fait peser sur les entreprises la guerre en UKRAINE ?

Alors que la crise sanitaire promettait de s’éloigner, le conflit en UKRAINE et ses conséquences économiques résonnent comme un coup d’arrêt qui pourrait décourager les plus optimistes. Les dirigeants d’entreprises savent cependant qu’il est plus que jamais temps de se remobiliser. Les chocs, quelle que soit leur violence, peuvent être amortis. Lorsque se profilent des baisses de chiffre d’affaires, les difficultés d’approvisionnement et le retour de l’inflation, des solutions existent pour y faire face. La première action préventive doit être de renforcer sa trésorerie. Comment ? En accélérant le recouvrement des débiteurs.

« Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. »

Marie Curie

Bien comprendre les circuits de décision de ses clients est un préalable à une bonne gestion de trésorerie. Les retards de paiement de factures ne sont pas toujours uniquement imputables aux débiteurs. Encore faut-il adresser sa créance à la bonne personne. Si la « connaissance client » est relativement facile avec de petites structures, il peut être en revanche très compliqué de se faire payer par un grand groupe.
Face à ce type de partenaire, il existe des règles phares :

– Si les décisionnaires au sein des grandes entreprises doivent absolument être identifiés, il convient également d’appliquer à la lettre les procédures qui permettent de déclencher le règlement des factures;

– Toutefois le non-respect de ces procédures ne peut être un argument valable pour laisser en déshérence une créance certaine (lorsqu’une prestation a été effectuée ou que des marchandises ont été livrées). Faire valoir des arguments juridiques auprès d’un responsable devient alors primordial pour dénouer la situation;

– La tendance est à la dématérialisation des factures. Les grands groupes font tous évoluer leurs relations avec leurs fournisseurs vers ce procédé. Maîtriser la dématérialisation et l’usage des factures électroniques devient donc fondamental pour bien gérer sa trésorerie.

On ne le dira jamais assez : l’affacturage n’est pas seulement une source de financement et l’assurance-crédit n’a pas seulement vocation à indemniser des sinistres. La société d’affacturage est avant tout un spécialiste du recouvrement de créances. Sa parfaite connaissance des circuits de décision des grands groupes et des modes opératoires lui permet d’accélérer les règlements des factures. Un assureur-crédit a un rôle préventif. Grâce à un système de veille économique, il est en mesure d’alerter ses adhérents dès les premiers signes d’une dégradation de la situation financière de leurs clients.

Les autres infos des dirigeants